• Facebook Social Icon
 

La plupart des services sociaux ne fonctionnent plus après 18h ou le WE; or, force est de constater que la plupart des « crises familiales » surviennent lorsque toute la famille est réunie c'est à dire quand les enfants ne sont plus à l'école. C'est pourquoi, une permanence téléphonique 24h/24 permet de nous atteindre directement, que ce soient des parents-secours recevant un enfant chez eux, des appels de détresse d'enfants ou de familles. Cette permanence nous permet, en outre, de trouver une famille d'accueil dans l'urgence, d'alerter la Police ou le Parquet en cas de maltraitance ou de crise familiale grave. De nombreuses autorités et associations ont recours à nos services : le SAJ, les Parquets, la Police, les CPAS, des écoles de devoirs, des pouponnières et crèches, des hôpitaux, des PMS, des services sociaux divers, l'ONE …

Permanences / Interventions

NOS INTERVENTIONS

La permanence téléphonique 24h/24h

La permanence téléphonique 24h/24h est, en soirée et le WE, essentiellement une permanence d'écoute : il s'agit d'urgence pour les

personnes qui nous contactent mais, bien souvent, il s'agit en réalité de situations de crises latentes qui n'exigent pas d'interventions immédiates.

Nous sommes également appelés, soit par des parents-secours, soit par des autorités officielles pour des situations problématiques nécessitant une réponse immédiate ou l'hébergement d'un enfant.

La majorité des dossiers ouverts lors des appels au bureau traite de problèmes de droit de la famille, de violence familiale, de crises

d'adolescence mal vécues. En 2014, plus de 600 appels ont été réorientés et 113 dossiers ouverts.

Indépendamment des dossiers ouverts, nous sommes sollicités pour des demandes d'hébergement d'enfants confrontés à une situation familiale difficile. En 2014, nous avons reçu 53 demandes de ce type.

Quelques interventions

Une dame doit accoucher, elle ne connaît personne pour s'occuper de son enfant de 4 ans pendant qu'elle sera à l'hôpital. Un parent-secours prend en charge la petite fille et l'emmène tous les jours voir son petit frère et sa maman.

Un père nous contacte car il vient de se séparer de sa compagne: ils ont un bébé de 19 mois et il souhaiterait une garde alternée que la mère refuse. Nous aidons ce papa dans ses démarches auprès du Tribunal de la Jeunesse.

Une dame de 84 ans, qui élève son arrière petitfils de 4 ans nous demande conseil : la mère du petit l'a abandonné ; le père vient régulièrement voir le petit mais est violent avec lui. Elle craint de ne plus avoir l'enfant si elle porte plainte. Nous contactons les services adéquats pour être certains que le père ne parte pas avec le petit. La famille est aidée par des services sociaux.

Un homme nous appelle le soir sur la permanence : il a fait un accident de voiture et, en faisant le constat à l'amiable, lui et son ami ont aperçu un jeune garçon traînant tout seul dans la rue. Ils l' ont emmené boire un coca dans un café d'où il nous appelle : le gamin a 12 ans et a fugué du home où il est placé. Nous lui conseillons d'avertir directement la Police car il y a certainement un avis de recherche sur lui.